02.256.76.80 info@ras-el-hanout.be

L’éducation permanente chez Ras El Hanout :

C’est quoi ?

Ras El Hanout est une association reconnue en Éducation Permanente ; cela veut dire qu’elle a pour but, via ses activités, de “favoriser et développer une prise de conscience et une connaissance critique des réalités de la société ; des capacités d’analyse, de choix, d’action et d’évaluation ; des attitudes de responsabilité et de participation active à la vie sociale, économique, culturelle et politique”.
De manière concrète, Ras el Hanout réalise ses buts au travers d’ateliers ouverts à tou·tes via des appels à participation, concernant des sujets variés, des populations hétérogènes et avec une approche souvent intersectionnelle. Ces activités se répartissent en deux thématiques.
Thématique 1 – “Redonner confiance en un pouvoir citoyen”
Notre méthodologie favorite dans l’investissement de cette thématique est le théâtre-action, avec un processus en deux activités. La première consiste en des ateliers de discussions et de débats dans lesquels un groupe va confronter, renseigner puis ajuster ses opinions. Dans la seconde activité, ce même groupe va confronter les résultats de la première activité à un plus grand groupe. Le travail effectué à dix n’est pas le même que celui effectué avec une vingtaine ou une quarantaine de personnes, et ils répondent tous deux à ce besoin d’entraîner par la pratique son activité citoyenne, tout en aiguisant ses connaissances, le tout dans le but que ces participant·es sortent de l’activité avec une réelle confiance et les connaissances qui leur permettent d’agir sur la société.
Thématique 2 – “Interculturalité et déconstruction des préjugés” 
La finalité de l’association en proposant et en construisant cette thématique d’action, est de promouvoir et d’encourager in fine la circulation des populations de cultures et d’origines culturelles différentes dans et entre les différentes communes, tout en permettant la compréhension des réelles différences culturelles, en étant capable de différencier ce qui tient des préjugés ou de la différence, et en montrant que cela n’empêche pas le vivre ensemble. Cela passe par exemple par la construction d’un groupe de citoyen·nes ne se connaissant pas, qui partent à la découverte d’un pays ou d’une région, et tente à l’issue du voyage de raconter la culture à travers différentes formes artistiques (exposition photo, spectacle, etc.), le tout dans une démarche réflexive et critique, afin de discuter de l’interculturalité, en partant de soi et en débattant et construisant collectivement.